série bleue

Brevet de topographe

  1. Connaître les notions élémentaires de topographie : méridiens, parallèles, coordonnées géographiques, les modes de projection (cylindrique, conique, Bonne, UTM et moderne), formes de terrain.

  2. Étalonner ces moyens de mesure personnels pour les angles et les distances : pas, largeur apparente des doigts et de la main.

  3. Être capable à vue d’œil d’estimer les distances et les dimensions optiques du fait des conditions atmosphériques, de la lumière, configuration du terrain… et connaître la table d’estimation des distances par rapport aux objets visibles.

  4. Construire un stadia et l’utiliser.

  5. Connaître les dimensions de quelques objets courants (fenêtre, hauteur d’une maison, d’un étage, d’un poteau télégraphique, camion, intervalle entre deux poteaux téléphoniques, lignes à haute tension, arbres divers…).

  6. Posséder une trousse topo (porte-cartes, carnets, cartes à différentes échelles, crayon, stylo à bille, feutres, une boussole Sylva, un compas, une gomme, une ou plusieurs grilles pour croquis panoramiques et un curvimètre bon marché).

  7. Les cartes :

  • Avoir quelques notions sur les opérations que nécessite l’exécution des cartes (opérations géodésiques, topographiques et les travaux cartographiques) ;

  • Connaître les différentes échelles des principales cartes actuelles (IGN et routières), être capable de les interpréter. Connaître les photos aériennes ;

  • Connaître les différents signes conventionnels, les enseigner aux novices de la patrouille ;

  • Connaître les procédés utilisés pour reproduire la configuration du terrain (hachures, courbes de niveau, points côtés, équidistance…). Être capable de reconnaître un mamelon, un plateau, un col, un vallon…

  • Être capable de déterminer l’altitude d’un point donné ;

  • Réaliser lors de la préparation d’un raid le profil du parcours ou pour un relais optique le profil de terrain d’un poste à un autre poste, ou lors du choix d’un futur lieu de camp, déterminer sur la carte les parties vues et cachées des environs et rechercher les possibilités de signalisation à longue distance, de croquis panoramique,

  1. Au choix

  • Faire un relevé topographique sommaire du terrain d’un camp (environ 500 x 500m au 1/2000ème) en indiquant l’implantation des coins de patrouille, des grandes installations et les terrains de jeux et de sports…, permettre l’identification des points caractéristiques des environs de ce camp par croquis panoramique ou par un tour d’horizon ;

  • Réaliser une maquette de terrain en relief.

  1. Connaître la signification des légendes et indications marginales de la carte (NM, NG, déclinaison, système UTM et Lambert)

  2. Savoir calculer le pourcentage d’une pente.

  3. Être capable de déterminer le point de station par visée sur deux points du paysage figurant sur la carte ou à l’aide d’une planchette et d’un calque.

Brevet d’interprète

  1. Être capable de soutenir une conversation dans la langue choisie. Savoir compter, énoncer et comprendre les chiffres. Pouvoir téléphoner.

  2. Avoir une connaissance pratique de la monnaie, des mesures de longueur, de poids, de température.

  3. Être capable de traduire immédiatement en français une lettre ou un texte simple.

  4. Lire un livre écrit dans la langue choisie et le résumer en cette langue oralement.

  5. Connaître le savoir-vivre, les formules de politesse. Savoir se présenter et présenter quelqu’un.

  6. Avoir fait un court séjour dans le pays choisi ou tout au moins avoir un correspondant dans la langue.

  7. Au choix :
    – Réaliser pour sa patrouille une information sur le pays choisi sous forme d’un panneau exposition ou de montage audio-visuel, affiches, journaux, dépliant ou conférence de presse ;
    – Organiser un jeu bilingue à l’occasion d’un jumelage ;
    – Accueillir un étranger, l’aider dans ses démarches ;
    – Servir d’interprète à des francophones en pays étranger.

Brevet « scout sans frontières »

  1. Parler couramment deux langues vivantes en plus de la langue maternelle.

  2. Préparer un voyage (itinéraire, sites à visiter, points de chute, contacts locaux), en assurer le déroulement et tenir un livre de bord pendant le voyage avec croquis, illustrations et photos.

  3. Constituer un « mini-lexique » scout entre la langue maternelle et une autre langue européenne.

  4. Organiser un jumelage entre sa patrouille et une autre à l’étranger.

  5. Réaliser pour sa patrouille une information sur le pays choisi, sous forme d’un panneau exposition ou de montage audio-visuel, affiches, journaux, dépliant ou conférence de presse.

  6. Recevoir et lire régulièrement la revue scoute d’une association étrangère et en tirer profit pour sa patrouille.

  7. Ecrire un article pour une revue scoute étrangère.

  8. Connaître trois chants scouts dans une langue étrangère et les enseigner à sa patrouille.

Brevet « d’ami des Institutions européennes »

  1. Avoir la responsabilité d’une chronique sur l’actualité de l’Europe (journal d’unité, de district, de classe, d’établissement ou radio) ;

  2. Préparer et animer une veillée ayant pour thème l’Europe, présentant notamment les grandes étapes historiques et les principaux éléments géographiques (capitale, relief, cours d’eau…) ;

  3. Préparer et assurer la visite d’une institution européenne, en faire la relation pour la revue Scout d’Europe, photos à l’appui ;

  4. Connaître le fonctionnement de l’Union Internationale des Guides et Scouts d’Europe et son implantation ;

  5. Présenter à la troupe, la patrouille ou sa classe, un montage ou une exposition sur l’un des sujets suivants ;
    – Institutions européennes, le drapeau européen ;
    – Évangélisation de l’Europe occidentale et orientale.

Brevet de globe-trotter :

  1. Visiter un aéroport ou un port important s’il existe à proximité et faire à sa patrouille un compte rendu de l’exploration en expliquant comment ce lieu est devenu un carrefour entre les hommes.

  2. Au choix :
    – Constituer un album présentant à l’aide de photographies, de dessins, de textes, d’une part la vie d’un enfant européen et, d’autre part, celle d’un enfant de trois autres régions du globe. Choisir si possible des pays de civilisations différentes ;
    – Réunir par ses propres moyens une collection générale de plus de 500 timbres  ;
    – Réunir une documentation en vue de la réalisation d’un panneau exposition sur un grand thème mondial (aide aux pays sous-développés, lutte contre les maladies, faim, Caritas Internationalis) ;
    – Se documenter sur les débuts du scoutisme, B.P., et lady B.P. et le développement du scoutisme dans son pays et dans le monde.

  1. Connaître les principales organisations internationales et faire une enquête plus poussée sur une organisation à laquelle appartient son pays : buts, moyens d’action, réalisations actuelles ;

  2. Relever durant un mois les faits importants de l’actualité mondiale et « composer un journal du monde » à l’aide de photos et de coupures de presse. Cette présentation peut aussi être faite sous format numérique ;

  3. Utiliser la documentation internationale que l’on a rassemblée pour préparer un numéro de feu de camp ou un repas ou un jeu à thème international ;

  4. Faire jouer à la patrouille des jeux provenant de pays différents ou leur apprendre deux ou trois chants ou danses étrangères ;

Brevet d’explorateur

  1. Posséder un équipement d’exploration comprenant : porte-carte (cartes, boussole, règle, curvimètre, carnets de notes et de croquis, crayons, gommes…), trousse de secourisme, appareil de photo et en cas de besoin, enregistreur.

  2. Au cours de sorties ordinaires en patrouille :

  • Réaliser un bon croquis panoramique ;

  • À partir d’un relevé d’itinéraire en ligne droite, établir un croquis topo utilisable.

  1. Scouts : faire seul ou à deux une exploration de trois ou quatre jours en bivouaquant et préparant ses repas. Cette exploration couvrira un itinéraire de :

  • 30 à 40 km à pieds ou en canot ;

  • 100 à 200 km en bicyclette.

  1. Avoir préparé soigneusement cette exploration (guides régionaux, gîtes d’étapes, cartes) et son programme (les hommes, leurs activités, leur vie spirituelle, leurs joies et leurs peines…). Le projet sera soumis à l’approbation de la maîtrise qui fixera une mission particulière du genre suivant :

  • Recherche de lieux de camps ;

  • Recherche de terrains d’activités (grand jeu, emplacements de passerelles…).

  1. Les observations sur les caractères généraux de la région traversée, ses richesses naturelles, l’exploitation du territoire, l’histoire régionale et les contacts humains seront inscrits au carnet de bord de l’exploration.

  2. Au retour, rédiger un compte rendu d’exploration reprenant les notations du carnet de bord et contenant un croquis topographique et deux croquis panoramiques renseignés ainsi que les dessins, photos et autres documents intéressants. Ce compte rendu d’exploration sera présenté à la troupe sous forme d’un panneau exposition au local ou de montage audio-visuel ou d’un film vidéo.

Épreuves communes aux brevets de course d’orientation, de raider, d’orienteur en montagne, de navigateur (Rivières et Lacs) :

  1. S’orienter couramment sur le terrain ou à bord avec une montre, une boussole, une carte, une girouette. Situer sans hésitation l’étoile Polaire.

  2. Guider sa patrouille à la boussole en terrain varié sur une distance de 3 kms au moins, de nuit comme de jour.

  3. Connaître les différents angles de marche (azimuts, gisement), les mesures des angles (grade, millième, degré) et les conversions.

  4. Situer sur la carte l’endroit où l’on se trouve sur le terrain, en donner les coordonnées et identifier les principaux points du panorama d’après la carte (point de station).

.

Brevet de course d’orientation

  1. Connaître les règles de course d’orientation et l’utilisation de la boussole Sylva.

  2. Préparer pour sa patrouille ou pour son unité un tracé de parcours, fabriquer des balises et les systèmes de contrôle, organiser la course et en diriger le déroulement.

  3. Avoir participé à plusieurs courses d’orientation et y avoir obtenu un classement satisfaisant ou avoir obtenu le 1er degré de la Fédération Française de Course d’Orientation.

  4. Avoir initié sa patrouille, la troupe ou la compagnie à la course d’orientation.

.

Brevet de raider

  1. Posséder un équipement de raid comprenant : un sac de raid, porte-cartes et boussole, hachette, trousse de secourisme, un lasso de 10 m, quelques feuilles de papier aluminium, une gourde, des allumettes emballées dans un récipient étanche, un carnet, un crayon et l’Évangile. La tenue de raid est toujours l’uniforme scout.

  2. Marcher à la boussole droit devant soi deux tiers de jour et un tiers de nuit (environ 15 km) : parcours choisi par la maîtrise en fonction de son intérêt pour l’application des techniques d’orientation, la recherche de l’effort, le cran et la décision. Faire son repas et son pain selon les méthodes de la cuisine trappeur. Etablir son bivouac et y passer la nuit. Un thème de méditation est proposé par la Cour d’Honneur.

Photos

du camp 2018

Site officiel de la 3ème Aix, touts droits réservés (et oui ! ), site créé avec Wix par Matthieu GROUSSIN et Vincent BERTRAN DE BALANDA dans le cadre d'un défi raider-scout

groupe3aix.agse@gmail.com

    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now